Comment choisir sa motorisation de portail ? - Guides Techniques | Maisonic Aller au contenu
Picto Guide motorisation

Comment choisir sa motorisation de portail ?

Guide choisir motorisation

Les motorisations de portail existent depuis les années 30. Autrefois réservée aux entreprises et aux personnes aisées, elles sont désormais accessibles aux particuliers, tant au niveau prix que grâce à leur facilité d'installation.

 

Il existe différents types de motorisation de portail. Vous avez les motorisations pour portail battants, les motorisations pour portail coulissants, les motorisations enterrées.

Le choix de la motorisation de portail est important. S'il est facile d'identifier la nature mobile de son portail (coulissant ou à battants), il est nécessaire de prendre en compte un certains nombres d'éléments supplémentaires.

Les kits motorisations sont composés d'un ou plusieurs motoréducteurs, d'une carte électronique pour la logique de commande des moteurs, et de quelques accessoires pour le pilotage et la sécurité de l'installation. Vous pouvez trouver des motoréducteurs qui fonctionnent sous 12V, 24V et 230V. Attention la tension des moteurs n'est pas forcément la même que la tension d'alimentation de l'installation.

  • L'alimentation

La plupart des cartes passent par un transformateur, qui reçoit du 230V (primaire) et qui ensuite délivre du 12 ou du 24V (secondaire). Le transformateur va alimenter toute l'installation dans le cas des motorisations 12/24V. Pour les motorisations 230V, vous avez un transformateur, généralement intégré au circuit imprimé, qui sert pour l'alimentation des accessoires (photocellules). Les motorisations 12/24V peuvent également recevoir un kit solaire, composé d'un panneau solaire et d'une batterie.

  • La carte électronique

On peut la considérer comme le cerveau de l'installation. C'est elle qui gère l'alimentation des moteurs, détermine leur sens de fonctionnement, et assure la sécurité de l'installation. C'est elle qui reçoit les ordres de commande via les télécommandes, ou tout autres accessoires.

  • Le moteur électrique à courant continu

Elément essentiel de l'installation, c'est lui qui actionne les vantaux. Il est composé d'un moteur électrique, qui tourne très vite, couplé à un engrenage qui va réduire la vitesse de rotation (c'est pourquoi le bloc moteur est aussi appelé motoréducteur). Au bout de l'engrenage vous avez le pignon qui lui va bouger le bras, le piston ou la vis sans fin.

I. Quels sont les différents types de motorisations de portail

 

A. Les différents types de moteurs


Le principe du moteur électrique est universel, même si il en existe de différents types (moteur à induction, brushless, etc) Tous les constructeurs utilisent ce type de moteurs et vous les retrouvez sur toutes les motorisations, qu'elles soient coulissantes, à vérins, à bras, etc. Ce qui les différencie, c'est le principe d'actionnement du portail.

 

1. La motorisation à bras (prix entre 300 et 600€)


Motorisation portail battants Extel BORA


Elle est appelée ainsi car elle reprend le principe d'un bras humain qui bougerait le portail.
Elle est adaptée à tous les types de portail, qu'ils soient pleins ou ajourés, en n'importe quelle matière.
C'est le principe le moins contraignant pour les vantaux. Les forces exercées sur le portail sont minimes et adaptées à sa rotation.
Les moteurs sont toutefois assez encombrants et il faut prévoir un dégagement pour l'écoinçon du bras en ouverture. Il faut prévoir au minimum 1 m pour être totalement en sécurité (45-50cm d'écoinçon voir plus selon les modèles + 50cm d'espace de sécurité.) Certains modèles peuvent ouvrir et fermer vers l'intérieur ainsi que vers l'extérieur de votre propriété. Ils peuvent s'adapter sur des portails de grandes tailles.

 

2. La motorisation à vérin/vis sans fins (prix entre 200 et 600€)

Motorisation à vérin Extel RIESCO

Quelle est la différence entre la motorisation de portail à bras/vérin ?
Le moteur électrique fait tourner une vis sans fin, sur laquelle est positionnée une partie mobile appelée le chariot. Celui-ci est fixé sur une patte de fixation, elle-même vissée au vantail. Lorsque la vis tourne dans un sens, le chariot va se déplacer vers le bout de vérin. Lorsque la vis tourne dans l'autre sens, le chariot également. Le déplacement du chariot va exercer une pression (fermeture) ou une traction (ouverture) sur les vantaux, ce qui va enclencher leur mouvement.
Il existe des vérins de différentes tailles, chacun étant prévu pour s'adapter sur des vantaux de tailles particulières. Certains modèles peuvent actionner des portails de 3m maximum, comme d'autres pourront actionner des portails de 6m.
Quoi qu’il arrive, moins encombrants que les motorisations à bras, il faut quand même prendre en compte la position des gonds sur les piliers pour l’installation des moteurs. L’écart de positionnement obligatoire du moteur sur le pilier peut rapidement varier, et la taille minimale des piliers pour l’installation peut vite augmenter, voir dépasser celle convenant pour une motorisation à bras. La taille même des moteurs en revanche, rend l’installation plus discrète, et l’écoinçon du moteur en ouverture à 90° est beaucoup moins importante que pour un moteur à bras.

 
3. Moteur coulissant/Moteur à crémaillères (prix entre 250 et 600€)

Motorisation de portail coulissant FREEVIA 300

Le moteur actionne un pignon, lui-même engagé dans un rail de crémaillères. En fonction du sens de rotation du moteur électrique, le pignon tournera dans un sens ou dans l'autre. Cette motorisation s'adapte à tout type de portail coulissant. Il faut prévoir une dalle en béton à niveau, une fixation de la motorisation et un écart du pignon/crémaillère. Il est indispensable de surveiller périodiquement le rail de crémaillère (niveau du rail, serrage des vis de fixation sur le portail). Dans le cas d'un portail à rail il faut veiller à ce que celui-ci ne soit encombré d'objets divers (cailloux, petites branches, terre etc).
C'est, avec la motorisation à bras, le moteur le plus adapté au mouvement du portail. Il n'y a aucune contrainte exercée sur le vantail, la motorisation l'accompagnant dans son mouvement naturel. Elle peut actionner des portails en ouverture droite/gauche comme gauche/droite.

 

4. Motorisation enterrée

Elle est la plus discrète, indispensable en cas de petits piliers, mais très chère et très difficile à installer. Il est en effet nécessaire de faire deux caissons béton dans le sol. Ils doivent êre réalisés sur mesure, sans quoi ils se transformeront rapidement en bac à eau (avec les moteurs dedans) dès les premières pluies. 

5. Motorisation à porte de garage (prix entre 120 et 350€)

Le système le plus couramment utilisé est le principe du chariot fixé sur le haillon. Relié à une chaine, elle-même entrainée par un pignon, il circule sur le rail en fonction du mouvement du moteur et tire ou accompagne en fermeture la porte de garage.
Attention certains modèles ne disposent pas de système de débrayage extérieur. En cas de coupure de courant, il vous faut un deuxième accès à votre garage sans quoi vous serez bloqué à l'extérieur. Elle s'adapte sur les portes sectionnelles et les portes basculantes non débordantes. En cas de haillon basculant semi débordant ou non débordant, renseignez vous bien sur la compatibilité de la motorisation. En effet peu de moteurs peuvent actionner ce type de porte. 

B. Les différentes tensions de fonctionnement


Les moteurs pour portails battants et coulissants peuvent fonctionner sous 3 tensions différentes 12V/24V/230V. Les motorisations 12V 24V présentent peu de différences (hormis en électronique pure mais nous ne nous y attarderons pas). Ces deux tensions d'utilisation permettent l'installation d'une batterie de secours, utile lors d'une coupure de courant pour accéder à votre domicile. Certains kits peuvent également recevoir un kit solaire (plus courant et moins cher sous 12V que sous 24V). Le 230V est généralement prévu pour les moteurs capables d'actionner de gros portails. Les moteurs sous cette tension ne peuvent recevoir de batterie de secours, il est donc nécessaire d'avoir un deuxième accès à votre domicile en cas de coupure de courant. Si les moteurs sous 230V doivent répondre aux normes de détection d'obstacles, il est fortement recommandé d'installer des éléments de sécurité supplémentaires comme des photocellules et des barres palpeuses. Attention si vous devez manipuler la carte électronique.

Haut de page

II. Comment choisir sa motorisation de portail ?

 

Comme pour les visiophones, il y a des termes qui peuvent être inconnus pour les clients et qui pourtant sont indispensables au choix du bon moteur. Nous allons les reprendre afin de mieux les comprendre.

A. Taille maximum


Il s'agit de la taille maximale que la motorisation peut actionner. Attention elle peut être exprimée par vantail (1 battant) ou par portail (2 battants). Pour une motorisation à bras pour un portail de 3m, il faut 1.5m par vantail.
C'est l'un des éléments les plus importants à prendre en compte pour le choix du moteur. Si votre portail est plus grand que les préconisations du constructeur, ne prenez pas la motorisation. Vous risquez au mieux de ne pas pouvoir actionner les battants, au pire d'user prématurément les moteurs.

 

B. Poids maximum


Comme pour la taille maximale, il s'agit du poids maximal que le moteur peut actionner. Il est rare que les battants atteignent le poids maximal annoncé par les fabricants. Toutefois Il est nécessaire de mettre en corrélation la taille maximale et le poids maximal.

C. Distance gond/bord pilier


La distance entre le gond et le bord du pilier est un élément indispensable à la bonne installation des moteurs, elle représente la distance séparant les gonds de l'arrête de la face où seront fixés les moteurs. Ici il s'agit de la valeur C.Si la distance (ici C) est trop importante, il sera nécessaire de creuser les piliers afin de réduire la distance pour fixer la patte de fixation. Il n'est pas conseillé de mettre de cales sur les battants pour réduire la distance. (voir installation)

D. Battants pleins/ajourés/semi-ajourés


Un battant ajouré est un battant à barreaux, sur toute sa surface. Généralement léger, il faut faire attention à ce qu'il ait au moins une barre de renfort accessible pour la fixation du moteur. Un battant semi ajourés est un battant à barreaux mais que sur une partie de sa surface. Un battant plein n'a pas de trous. Généralement lourd, il a une prise au vent importante et tous les moteurs ne s'adaptent pas dessus.

E. Barre de renfort.


Elle fait partie de l'armature du portail en lui-même. Plus épaisse que le corps du portail, Il est indispensable de fixer le moteur dessus. Si vous positionnez les moteurs sur une partie plus fine du battant, vous risquez de la déformer voir de l’arracher.

F. Moteur autobloquant


Principe qui fait que l'engrenage ne permet pas de faire bouger les battants à la main. Il faut débrayer les moteurs, donc désolidariser le pignon/vis sans fin de l'engrenage pour actionner manuellement les battants.

G. Fin de course mécanique


A ne pas confondre avec un système d'arrêt d'urgence ou avec une butée intégrée. Présent notamment sur certains modèles de motorisations pour portail coulissant, il s'agit d'un contacteur branché sur une entrée spécifique de la carte électronique, qui, lorsqu'il est touché par un élément positionné sur chaque bout du rail de crémaillère, stoppe automatiquement et immédiatement la course de la motorisation de portail.

H. Butée au sol/butée intégrée


Lorsqu'il est en fonctionnement, le moteur ne sait pas précisément où il doit s'arrêter. Il existe différents principes qui permettent à la motorisation d'identifier son point d'arrêt. Toutefois il est nécessaire de bloquer physiquement le mouvement du portail pour qu'il s'arrête. Les vérins peuvent se stopper en bout de course du chariot mais ce procédé est à éviter, déjà pour protéger le chariot, ensuite car il est préférable que le portail ait deux points d'arrêt différents afin d'éviter de concentrer tout le choc dans le vérin. Pour stopper la course, il est nécessaire de placer des butées au sol, à l’endroit où l’on veut stopper l’ouverture/fermeture des battants. Certains constructeur fournissent des butées intégrées, qui sont à positionner sur les moteurs directement, et qui vont bloquer le mouvement du chariot ou du bras. De ce fait, il n’est pas nécessaire de positionner de butée au sol.