Picto Guide motorisation

Comment choisir sa motorisation de portail ?

Guide choisir motorisation

Un portail automatisé est bien plus pratique qu’un portail manuel, notamment si vous l’empruntez avec votre véhicule. Ainsi, choisir de motoriser votre portail pourrait vous simplifier la vie. Cependant, il peut être difficile de choisir comment motoriser votre portail. Quels sont les différents systèmes de motorisation ? Comment automatiser votre portail ? Quelle motorisation choisir ?
Il existe plusieurs modèles de motorisation de portail : il y a des motorisations pour portail battants, des motorisations pour portail coulissants et des motorisations enterrées...

Le choix de la motorisation de votre portail est important

S'il est évident de déterminer la nature mobile de votre portail — coulissant ou à battants —, il est essentiel de considérer un certain nombre d'éléments additionnels.
Les kits de motorisation sont constitués d'un ou de plusieurs motoréducteurs, d'une carte électronique pour la logique de commande des moteurs et de divers accessoires permettant de piloter et de sécuriser l'installation.
Il existe des motoréducteurs fonctionnant sous 12V, 24V et 230V. Attention à la tension des moteurs, qui n'est pas forcément la même que la tension d'alimentation de l'installation.

  • L'alimentation : La majorité des cartes électroniques passe par un transformateur qui reçoit du 230V (primaire) et qui, par la suite, délivre du 12V ou du 24V (secondaire).
    Le transformateur va alimenter l’ensemble de l'installation dans le cas des motorisations 12/24V.
    En ce qui concerne les motorisations 230V, un transformateur — généralement intégré au circuit imprimé — sert à alimenter les divers équipements.
    Les motorisations 12/24V ont, en plus, la possibilité de recevoir un kit solaire. Celui-ci se compose d'un panneau solaire et d'une batterie.
  • La carte électronique : Vous pouvez la considérer comme le cerveau de l'installation.
    C'est elle qui gère l'alimentation des moteurs, détermine leur sens de fonctionnement, et assure la sécurité de l'installation.
    La carte électronique reçoit les instructions de commandes par le biais d’une télécommande, ou de tout autre appareillage.
  • Le moteur électrique à courant continu : Élément prépondérant de votre installation, c'est lui qui actionne les vantaux.
    Il est constitué d'un moteur électrique — qui tourne rapidement — associé à un engrenage qui va permettre d’abaisser la vitesse de rotation. C'est la raison pour laquelle le bloc moteur est aussi appelé motoréducteur.
    Au bout de l'engrenage, il y a le pignon qui va actionner le bras, le piston ou la vis sans fin.

Comment choisir votre portail ?

Si ce n’est pas déjà le cas, il vous faudra dans un premier temps choisir votre portail. Son choix n’est pas à prendre à la légère, car de son modèle dépendra également l’automatisme à utiliser.
Dans le cas d’un portail à battants, deux éléments sont à considérer :

  • Premièrement, sa matière, qui déterminera sa résistance et son poids.
    Si vous optez pour un portail en PVC, trop léger, il se peut que celui-ci ne permette pas une fixation au système de motorisation assez résistante.
    A contrario, un portail en acier — qui peut être très lourd — ne posera aucun problème quant à la fixation, mais va requérir un système de motorisation plus puissant.
  • Si vous résidez dans une région venteuse, et que votre portail se compose de deux vantaux pleins et exposés au vent, ils auront une grande prise au vent. Il vous faudra donc un système de motorisation plus puissant.


D’une façon générale, les portails coulissants présentent moins de contraintes sur ces deux éléments et sont également plus résistants que les portails à battants.
Il faut, évidemment, bénéficier de la place nécessaire de part et d’autre du portail pour pouvoir l’ouvrir.
En gros, si votre portail coulissant fait 3,5 m de large, vous devez disposer d’une distance de 7 m de large donnant sur la rue.
Le portail à battant, lui, n’aura besoin que de 3,5 m. Il nécessitera, cependant, de la place en profondeur. Soit : la longueur d’un battant + la longueur de votre véhicule, si vous souhaitez pouvoir fermer le portail quand votre voiture est stationnée à l’intérieur.

Quels sont les différents types de motorisations de portail ?

Les différents types de moteurs :

Le principe du moteur électrique est universel, bien qu’il en existe de plusieurs types. L’ensemble des constructeurs utilise ce genre de moteurs et vous les retrouvez sur toutes les motorisations, qu'elles soient coulissantes, à vérins, à bras… Ce qui va faire la différence, c'est le principe d'actionnement de votre portail. Motorisation pour portail battant

La motorisation à bras (de 300 € à 600 €)

Plus imposant et plus rapide, ce système s’adapte sur tous les portails. Son mode de traction respecte la course des vantaux et sollicite donc moins les fixations. La motorisation à bras convient à des portails moyens à lourds, qu'ils soient pleins ou ajourés et quelle que soit la matière.
Elle est appelée ainsi parce qu’elle reprend le principe d'un bras humain qui actionne le portail. C'est le principe le plus simple pour les vantaux, car les forces exercées sur le portail sont minimes et adaptées à sa rotation. Toutefois, les moteurs sont relativement encombrants et il nécessaire d’envisager un dégagement pour l'écoinçon du bras en ouverture. Prévoyez au minimum 1 m pour être complètement en sécurité – 45 cm à 50 cm d'écoinçon (voir plus en fonction du modèle) + 50 cm d'espace de sécurité. Certains modèles permettent l’ouverture et la fermeture vers l'intérieur, mais aussi vers l'extérieur de votre propriété. Ils s’adaptent parfaitement sur des portails de grandes dimensions.

La motorisation à vérin/vis sans fin (de 200 € à 600 €)

Discret, compact et généralement plus lent, le système de motorisation à vérins s’adapte à des portails lourds. Sa mise en place peut être faite sur un mur ou sur un poteau, dans le prolongement du portail ou sur un mur perpendiculaire à celui-ci. Ce système de motorisation a besoin de fixations robustes, puisque la traction s’effectue en direction des paumelles (fixation et pivot du portail).

Quelle est la différence entre la motorisation de portail à bras et à vérin/vis sans fin ?

Le moteur électrique fait tourner une vis sans fin, sur laquelle est placée une partie mobile appelée le chariot. Ce dernier est positionné sur une patte de fixation, elle-même vissée au vantail. Quand la vis tourne dans un sens, le chariot se déplace vers le bout de vérin. Quand la vis tourne dans l'autre sens, le chariot fait de même. Le déplacement du chariot exerce une pression (fermeture) ou une traction (ouverture) sur les vantaux, ce qui entraine leur mouvement. Il y a des vérins de dimensions variables, chacun est prévu pour s'adapter sur des vantaux de tailles spécifiques. Certains modèles actionnent des portails de 3 m maximum, d'autres sont capables d’actionner des portails de 6 m quoi qu'il en soit, bien que moins encombrants que les motorisations à bras, il faut tout de même considérer la position des gonds sur les piliers pour la pose des moteurs. L’écart de positionnement obligatoire du moteur sur le pilier peut varier rapidement et la taille minimale des piliers pour l’installation peut vite augmenter, voir même dépasser celle qui convient à une motorisation à bras. En revanche, la taille même des moteurs permet une installation plus discrète, et l’écoinçon du moteur en ouverture à 90 ° est beaucoup moins grand que pour une motorisation à bras.

Moteur coulissant/moteur à crémaillères (de 250 € à 600 €)

Motorisation pour portail coulissant

Avec la motorisation à bras, il s’agit du moteur le mieux adapté au mouvement du portail.
Il n'y a pas de contrainte exercée sur le vantail, puisque la motorisation l'accompagne dans son mouvement naturel. Elle permet d’actionner des portails en ouverture droite/gauche ou en ouverture gauche/droite.
Le moteur actionne un pignon, lui-même engagé dans un rail de crémaillères. Selon le sens de rotation du moteur électrique, le pignon tourne dans un sens ou dans l'autre. Ce système de motorisation peut s’adapter sur tous les modèles de portails coulissants.
Il faut envisager un revêtement en béton à niveau, une fixation du système de motorisation et un écart du pignon/crémaillère.
Il est essentiel de surveiller régulièrement le rail de crémaillère (son niveau, le serrage des vis de fixation sur le portail, etc.)
Dans le cas d'un portail à rail, il faut toujours veiller à ce que ce dernier ne soit pas encombré d'objets divers (cailloux, branches, etc.)

Motorisation à porte de garage (de 120 € à 350 €)

Motorisation pour porte de garage

Le système le plus fréquemment employé est le principe du chariot fixé sur le haillon. Relié à une chaine, elle-même entrainée par un pignon, il circule sur le rail selon le mouvement du moteur et tire ou accompagne la porte de garage en fermeture. Ce système de motorisation s'adapte sur les portes sectionnelles et les portes basculantes non débordantes. En cas de haillon basculant semi-débordant ou non débordant, renseignez-vous bien sur la compatibilité de la motorisation. Car, peu de moteurs peuvent activer ce genre de porte. Attention certains modèles ne possèdent pas de système de débrayage extérieur. En cas de coupure d’électricité, vous devez disposer d’un deuxième accès à votre garage faute de quoi vous resterez enfermé dehors.

Motorisation de portail solaire

Que vous ayez un portail coulissant ou battant, il y a des systèmes de motorisation de portail solaire. En complément des éléments traditionnels de votre motorisation (moteur, bras, rail coulissant, etc.), vous aurez à disposition un petit panneau solaire, connecté à une batterie, permettant d’activer votre portail en dépensant moins d’électricité. Cet appareillage permet, notamment, de bénéficier d’une motorisation de portail sans fil, beaucoup plus facile à mettre en place.

Motorisation enterrée

Indispensable en cas de petits piliers, elle est la plus discrète. Mais ce système de motorisation est très cher et très difficile à installer. En effet, il est nécessaire de réaliser deux caissons en béton dans le sol pour contenir les moteurs. Ils doivent être réalisés sur mesure, faute de quoi ils pourraient se remplir d’eau dès les premières pluies.

Les principaux critères de choix :


L’installation de ces systèmes de motorisation, quels qu’ils soient, reste accessible à tout bon bricoleur.
Pour simplifier votre choix, les critères à retenir sont ceux-ci :

  • le sens d’ouverture se fait-il vers l’intérieur ou vers l’extérieur ?
  • le poids du portail et sa longueur sont les points les plus importants pour sélectionner la puissance motrice la plus adaptée.
  • la solidité du portail permet-elle à celui-ci de supporter une telle motorisation ?
  • la cadence d’utilisation est la quantité de cycles reproduits au quotidien.
  • la vitesse d’ouverture est somme toute relative à votre patience.
  • l’alimentation électrique, soit 230 V, avec une alimentation à installer ou un kit solaire qui recharge une batterie ?
  • les moyens de commande d’ouverture — télécommande à distance, boitier codé, clé, badge ?


Gardez en tête qu’un vérin convient mieux aux petits espaces et aux portails léger, la motorisation à bras convient au reste des applications. Restez attentifs aux consignes d’installation du constructeur, car, en fonction des équipements, certaines côtes sont à respecter minutieusement pour assurer le bon fonctionnement de votre système.

Les différentes tensions de fonctionnement :


Les moteurs pour portails battants et coulissants fonctionnent sous 3 tensions différentes : 12V, 24V et 230V.

  • Les motorisations 12V et 24V ne présentent pas beaucoup de différences. Ces deux tensions d'utilisation permettent la mise en place d'une batterie de secours, utile pour accéder à votre domicile lors d'une coupure d’électricité.

    Certains kits 12V ou 24V peuvent aussi recevoir un kit solaire. Bien que plus courant et moins coûteux sous 12V.

  • Les motorisations 230V sont généralement prévues pour les moteurs actionnant de gros portails.
    Les systèmes sous cette tension ne peuvent pas recevoir de batterie de secours. Vous devez donc disposer d’un deuxième accès à votre domicile en cas de coupure d’électricité.
    Si les moteurs sous 230V doivent répondre aux normes de détection d'obstacles, il est vivement conseillé de configurer des éléments de sécurité complémentaires tels que des photocellules et des barres palpeuses.
    Attention, également, si vous devez manipuler la carte électronique.

Ce qu’il faut savoir pour choisir sa motorisation de portail ?

Comme pour tous les appareils domotiques, il existe pour les motorisations de portail des termes qui demeurent inconnus pour les consommateurs et qui, malgré tout, sont nécessaires pour bien choisir votre système. Nous allons donc les reprendre, afin de mieux les comprendre :

La taille maximum

Il est ici question de la taille optimale que le système de motorisation peut actionner. C'est l'un des éléments les plus importants à considérer pour le choix de votre moteur. Si votre portail est plus grand que les préconisations du fabricant, choisissez une autre motorisation — vous risquez, au mieux, de ne pas pouvoir activer les battants, au pire, d'user prématurément vos moteurs. Attention la taille maximum peut être exprimée par vantail : 1 battant ou par portail : 2 battants : pour une motorisation à bras pour un portail de 3 m, il faut 1.5 m par vantail.

Le poids maximum

Comme pour la taille maximum, il s'agit ici du poids maximal que le moteur peut activer. Il est peu fréquent que les battants atteignent le poids maximal annoncé par les constructeurs. Malgré tout, il est important de mettre en corrélation la taille maximale et le poids maximal.

La distance entre le gond et le bord du pilier

La distance entre le gond et le bord du pilier est un élément primordial à prendre en compte pour la bonne installation des moteurs. Elle représente la distance qui sépare les gonds de l'arrête de la surface où sont fixés les moteurs.
Si la distance est trop importante, il sera nécessaire de creuser les piliers pour diminuer la distance pour positionner la patte de fixation. Il n'est pas recommandé d’installer des cales sur les battants pour diminuer la distance.

Battants pleins/ajourés/semi ajourés

  • Un battant plein n'a pas de trous et a donc une prise au vent importante. Il est généralement très lourd et tous les moteurs ne peuvent alors pas s’adapter dessus.
  • Un battant ajouré est un battant à barreaux, sur toute sa surface. Il est en général assez léger. Veillez à ce qu'il dispose d’une barre de renfort accessible pour permettre la fixation du moteur.
  • Un battant semi-ajouré est un battant à barreaux, mais que sur une partie de sa surface.

Barre de renfort

La barre de renfort s’intègre dans l'armature du portail en lui-même. Plus épaisse que le corps du portail, c’est sur celle-ci que vient se fixer le moteur. Si vous fixez le moteur sur une partie moins épaisse du battant, vous courrez le risque de la déformer, voire même de l’arracher.

Moteur autobloquant

Le moteur autobloquant fait en sorte que l'engrenage empêche d’actionner les battants manuellement. Il faut débrayer les moteurs, donc désolidariser le pignon/vis sans fin de l'engrenage pour pouvoir faire bouger les battants à la main.

Fin de course mécanique

À ne pas confondre avec un système d'arrêt d'urgence ou avec une butée intégrée. Présent sur certains systèmes de motorisations pour portails coulissants, cela consiste en un contacteur branché sur une entrée spécifique de la carte électronique qui, quand il est touché par un élément positionné sur chaque bout du rail de crémaillère, stoppe mécaniquement et instantanément la course de la motorisation du portail.

Butée au sol/butée intégrée

Lorsqu'il est en fonctionnement, le moteur ne sait pas vraiment où il doit s'arrêter. Il y a différents principes qui permettent à celui-ci d'identifier son point d'arrêt. Il est essentiel de bloquer physiquement le mouvement du portail afin qu'il se stoppe. Les vérins peuvent s’arrêter en bout de course du chariot, mais cette technique est à éviter afin de sécuriser le chariot. De plus, il est préférable que le portail dispose de deux points d'arrêt différents pour ne pas concentrer tout le choc dans le vérin. Pour stopper la course, il est important de positionner des butées au sol, à l’emplacement où l’on souhaite voir stopper l’ouverture/fermeture des battants. Certains fabricants proposent des butées intégrées, qui sont à placer directement sur les moteurs et qui vont stopper le mouvement du chariot ou du bras. Dès lors, il n’est pas nécessaire de placer de butée au sol.

Alimentation électrique

Une motorisation de portail requiert, évidemment, l’accès à l’électricité. Pour motoriser un portail, on relie généralement ce dernier à l’installation électrique à l’aide de câbles enterrés… Mais cela peut être très coûteux si votre terrain est étendu. Vous pouvez, dès lors, choisir une motorisation de portail sans fil, ou même une motorisation de portail solaire… Attention toutefois : il s’agit, la plupart du temps, de modèles moins fiables si vous choisissez du bas de gamme, ou nettement plus coûteux si vous choisissez de matériel haut de gamme.

Comment mettre en place sa motorisation de portail ?

Installation électrique pour une motorisation de portail


Avant la mise en place de votre motorisation de portail :

  • Veillez à avoir une alimentation secteur sécurisée par un disjoncteur ou un fusible 10 A.

  •  

    Contrôlez la présence d’un disjoncteur différentiel de 30 mA sur votre tableau électrique (Norme NF C 15-100).

  • Enterrez le câble d’alimentation secteur au minimum à 50 cm de profondeur, dans une gaine orange.

  • La section du câble RO2V doit être 3 x 1,5 mm² jusqu’à 30 mètres et 3 x 2,5 mm² au-delà.

  • Placez un grillage avertisseur au-dessus de la gaine, pour parer à tout incident s’il y a besoin de creuser.

Ne réaliser aucun branchement sans que le disjoncteur ne soit positionné sur OFF !

Installation d’une motorisation de portail

Installation des moteurs pour portail à battants

Chaque distance est propre à un type de moteurs. Si vous devez changer de type de moteur, il sera certainement nécessaire de percer à nouveau votre pilier et votre portail.

  • Vous devez, avant toute chose, distinguer la distance qui sépare les gonds de l’arrête de la face interne de votre pilier.

  • A partir de cette distance, repérez la distance de déport par rapport à l’arrête de votre pilier pour positionner la patte de fixation de votre moteur.

  • Une fois la distance et l’élévation repérées sur votre pilier, percez des trous pour introduire les vis de fixations (après y avoir inséré les chevilles adaptées).

    Veillez à bien utiliser les chevilles correspondant à la nature de votre pilier – bois, brique, béton… — pour ne pas risquer de voir votre moteur s’arracher de son pilier.

Pour certains modèles de motorisation à bras, il n’existe pas vraiment de distances à calculer, car celles-ci sont souvent imposées par le fabricant. Quoi qu’il en soit, il faut absolument respecter ces indications. Si les côtes ne sont pas respectées, les moteurs ne marcheront pas correctement et vous courrez le risque d’endommager votre portail voire même vos moteurs. La hauteur de pose des moteurs ne doit jamais dépasser 1 m du sol.

Installation d’un moteur pour portails coulissants

Il y a deux éléments importants à considérer pour la mise en place d’un moteur pour portail coulissant.

  • Dans un premier temps, vous devez faire une dalle en ciment pour recevoir le support du bloc moteur. Elle doit être convenablement réalisée et, surtout, à niveau.

    À quelques degrés près, vous aurez toujours la possibilité de corriger l’horizontalité grâce aux fixations de la plaque support moteur.

  • Par la suite, vous devez prendre en compte la hauteur du positionnement moteur.

    Veillez à bien respecter la distance de séparation entre les dents du pignon moteur et les dents des crémaillères : si le moteur se positionne trop haut ou trop bas, les dents du pignon viendront taper contre le rail de crémaillères, ce qui risque de les abimer.

Installation d’une motorisation enterrée

C’est une motorisation qui sera montée avec plus de facilité sur un nouveau portail plutôt que sur un portail déjà en place.
En effet, son installation requiert d’importants travaux de maçonnerie et, dans le cas d’un portail déjà installé, la rénovation et les changements à envisager réclameront plus de travaux et engendreront, de fait, des frais supplémentaires.
La pose de cet automatisme de portail sera toujours réalisée par un professionnel.
Elle s’effectue en trois étapes :

  • D’abord, on commence par une prise de dimensions et une sélection des solutions qui sont à envisager, avec l’aide d’un vendeur expert de la motorisation de portail.

  • Puis viennent les travaux de terrassement, avec l’excavation pour le caisson de fondation et le drainage du sol.

  • Enfin, on termine par les travaux de montage de votre système de motorisation.

Le vrai point fort de cette installation enterrée, c’est qu’elle peut être mise en place dans les endroits où on ne pourrait pas toujours être en mesure d’installer un moteur standard — soit par manque d’espace, soit à cause de la présence d’un mur ou de divers obstacles.
Si les autres motorisations ne peuvent être envisagées, alors la motorisation enterrée apportera une solution à votre problème.
Enfin, si vous trouvez que les bras mécaniques ou les systèmes à vérins sont trop voyants ou trop modernes pour votre habitation, la presque invisibilité de ce système enterré vous permettra de conserver un certain esthétisme.

Quel est le coût d’une motorisation de portail ?

À propos des prix, il faut savoir que le tarif d’une motorisation de portail va débuter aux environs de 300 € pour un kit de motorisation en entrée de gamme. Pour un système d’automatisation de portail de qualité premium, vous débourserez généralement entre 500 et 800 €. Sans compter la pose réalisée par un professionnel. Le coût d’une motorisation de portail le plus élevé revient, sans conteste, à la motorisation de portail enterrée : il se situe entre 1000 et 2000 €. Mieux vaut donc bien réfléchir avant d’opter pour l’une ou l’autre de ces solutions de motorisation. Enfin, si vous ne disposez pas encore d’un portail, notez également que certains portails sont vendus directement avec un automatisme intégré. Les prix varient selon le type de portail choisi et sa qualité.

Quel est le coût de l’installation d’une motorisation de portail par un professionnel ?

Si vous ne pouvez ou ne souhaitez pas réaliser la mise en place de votre installation vous-même, il vous faudra faire appel à un artisan spécialisé. Pour faire poser un système d’automatisme de portail, vous paierez en moyenne entre 200 € et 300 €, en plus du prix de votre système d’automatisation. Sachez, tout de même, qu’il existe un large choix de système d’automatisme facile à installer seul, vous permettant, ainsi, de réaliser quelques économies sur le coût total de votre installation.

Voir toutes les motorisations de portail et de garage pour votre maison

Cette page vous a-t-elle été utile ?

8 utilisateurs ont trouvé cette page utile !