Faut-il plutôt acheter un poêle à granulés ou un poêle à bois, le match

Éviter de devoir mettre en marche le système de chauffage central dès les premières baisses de la température extérieure est un désir bien compréhensible. Longtemps, ce rôle a été dévolu à la cheminée à foyer ouvert dans la pièce principale de vie. Un poêle à bois ou un poêle à granulés est désormais une solution tout à fait économique pour remplir cette fonction, alliant à la fois le spectacle du feu et la chaleur d’appoint, très réconfortante en soirée. S’agissant d’un poêle, quel qu’en soit le modèle, il n’est pas destiné à fournir la totalité de la chaleur nécessaire durant les grands froids. Pour ce rôle, une chaudière à bois ou bien à granulés pourra alimenter le circuit d’eau chaude de vos radiateurs ou de vos planchers chauffants. Mais la thématique est différente puisque la chaudière sera généralement hors de vue, dans une buanderie ou bien une cave. Nous ne parlons donc bien ici que de poêles, destinés à dissiper leur puissance dans une ou quelques pièces de votre logement.

Nous allons comparer les deux solutions, celle du poêle à bois et celle du modèle à granulés, dans une sorte de match en quatre quarts-temps. C’est vous qui déciderez du résultat final en fonction du score de chaque phase :

  • La conception des différents types de poêles,
  • L’installation du poêle dans votre maison,
  • La vie quotidienne avec votre poêle,
  • Le bilan financier des différents modèles de poêles.

Acheter un poêle à granulés ou un poêle à bois-1

Le match des concepts

  • Le rendement d’un poêle à granulés est très élevé, d’au moins 80 %. Cela est dû au processus de fabrication du combustible. Le granulé est habituellement constitué de la compression des déchets de bois d’une scierie. Cette fabrication assure de plus une grande homogénéité. Celui d’un poêle à bois, de toute façon inférieur, sera de plus soumis aux aléas à la fois inhérents aux essences de bois ainsi qu’à la qualité du séchage et du stockage après la livraison. Les avantages techniques au niveau du rendement : granulés !
  • Le pellet est obtenu en comprimant mécaniquement des déchets de scierie. Ceci inclut effectivement une dépense d’énergie en amont (dite énergie grise), afin d’obtenir un sac de combustible, bien supérieure au simple sciage d’une bûche à la bonne dimension. La combustion du pellet est par contre plus complète que celle de la bûche, notamment grâce à son très faible taux d’humidité. On peut donc approximativement dire : bilan énergétique : égalité !
  • Dans les deux cas, les gaz chauds produits par la combustion du bois vont contenir du CO2. D’un point de vue du cycle du carbone, les forêts produisant ce combustible participent à l’élimination de ce gaz. En France, bûches et pellets proviennent de forêts exploitées de façon durable. Bilan écologique : égalité !

Le match de l’installation des différents modèles de poêles

  • Quelle que soit la forme du combustible, votre poêle va devoir disposer d’un conduit d’évacuation des fumées conforme à la réglementation. Vous pouvez également désirer le faire installer en mode étanche. En effet, dans ce mode, l’air à température ambiante ne doit en aucune façon participer à la combustion du poêle. C’est d’ailleurs une obligation pour les logements répondant aux exigences de la réglementation thermique version 2012. Il faudra alors également une amenée d’air extérieur spécifique. Ces travaux préparatoires à la mise en place du poêle lui-même sont de même nature dans nos deux cas évoqués. On pourrait presque donner un avis préférentiel pour le poêle à granulés puisque certains modèles sont conçus pour être installés non pas sur un conduit de cheminée classique, mais en façade par une ventouse. La technologie de la ventouse est historiquement issue des chaudières à gaz et son application au bois reste sujette à débats. Il ne s’agit pas de problèmes de sécurité, mais de salissure de la façade, notamment en cas d’utilisation d’un pellet à la combustion défectueuse. Travaux préparatoires : égalité !
  • Qu’il soit à granulés ou bien à bois, l’installation de votre poêle se passera difficilement de l’intervention d’un professionnel. C’est d’ailleurs habituellement une des clauses pour que le fabricant garantisse le fonctionnement de son appareil. Le réglage d’un poêle à granulés lors de sa mise en service est plus sensible que celui d’un poêle à bois. Tous les professionnels ne maîtrisent pas forcément cette mise en service précise. D’autre part, une fois réglé sur un type de pellets donné, il est fortement préférable de continuer à utiliser les mêmes sous peine de dégradation de la performance énergétique de votre poêle à granulés. Les avantages concernant la simplicité de mise en fonctionnement : bûches !

Vivre avec votre poêle, les différents aspects

  • Un poêle à granulés est plus encombrant et généralement reconnu comme moins design qu’un modèle à bûches de bois. L’encombrement est dû à la présence de la réserve de pellets, nécessaire à son alimentation automatique. Sans proposer le plaisir de la flambée dans une cheminée à foyer ouvert (désormais interdites à l’installation), le poêle à bûche s’en rapproche plus que les modèles à granulés. Notons qu’il est possible, comme pour les bûches, d’installer dans une ancienne cheminée existante un insert qui fonctionne avec des pellets. Les avantages sur l’aspect visuel : bûches !
  • Un poêle à granulés est toujours doté d’un réservoir à granulés depuis lequel il s’alimente automatiquement. Cela va lui donner une autonomie de fonctionnement largement supérieure à celle d’un poêle à bûches avant que votre intervention s’avère nécessaire. Il ne serait pas sérieux de donner de durée précise. Tout dépend en effet de votre maison et du modèle de poêle, ainsi que de votre rythme d’utilisation programmé et des conditions climatiques. Les avantages liés à l’autonomie : granulés !
  • Un poêle à granulés comporte toujours quelques moteurs électriques. Le moteur de la vis sans fin de l’alimentation automatique en pellets est le minimum. Un poêle à bois à convection naturelle ne comportera aucun élément motorisé. Le seul bruit qui sera émis par un poêle à bûches peut donc se résumer au crépitement et au claquement du bois en combustion. Les avantages en termes de discrétion sonore : bûches !
  • Un poêle à granulés est capable de remplir son foyer de combustible tout seul à partir de sa trémie contenant la réserve de combustible. Il le fait généralement à l’aide d’une vis sans fin entraînée par un moteur. De plus, il est capable de s’allumer tout seul grâce à une bougie, que l’on peut comparer à une bougie de préchauffage d’un moteur Diesel. Il peut donc facilement fonctionner sans votre intervention directe. Les ordres peuvent être donnés par un panneau de contrôle, une télécommande, voire même à distance grâce à la domotique. Un poêle à bûches ne pourra pas faire cela. Les avantages liés à la souplesse d’utilisation : granulés !

Acheter un poêle à granulés ou un poêle à bois-2

Votre poêle et votre portefeuille sur la durée

  • Un poêle à pellets est plus massif et complexe que son équivalent à bûches. La présence du réservoir à granulés le renchérit automatiquement. Dans le même ordre d’idées, le système d’alimentation automatique en granulés n’est pas présent dans un poêle à bois classique. Les avantages concernant l’investissement matériel : bûches !
  • La durée de vie d’un poêle à bûches est généralement estimée à une vingtaine d’années au moins. Pour ce qui est d’un modèle a granulés, le recul n’est pas encore suffisant pour confirmer une durée équivalente. On peut néanmoins considérer que les éléments susceptibles d’un vieillissement prématuré sont facilement interchangeables dans le cadre d’un entretien normal. On peut principalement penser à la motorisation à vis sans fin de l’alimentation en granulés, au creuset central et à la bougie d’allumage. Le reste de la structure, conçue suivant les mêmes normes par chaque fabricant, devrait avoir une durée de vie équivalente. Ceci reste à confirmer par l’expérience. Match durée de vie : impossible à prouver actuellement !
  • En ce qui concerne les aides financières institutionnelles, un poêle, à bûches ou bien à granulés, est et reste un générateur de puissance dont l’énergie primaire est le bois. Un document officiel est édité par l’ADEME, décrivant les différents postes éligibles à des aides : prêt à taux zéro, crédit d’impôt, TVA à taux réduit et autres avantages pécuniaires. Vous pouvez le consulter ici. Aides financières : égalité !

Acheter un poêle à granulés ou un poêle à bois-3

Une dernière solution pour ceux qui ne savent pas choisir

Elle est très peu développée, les difficultés techniques à résoudre sont complexes, mais elle existe chez certains fabricants. Le poêle hybride permet d’utiliser à votre choix des bûches ou bien des granulés. Attention quand même, basculer d’un mode de fonctionnement vers l’autre n’est ni automatique ni immédiat. De plus, ce non-choix entraîne la nécessité de stocker à la fois des bûches et des pellets. Il y a fort à parier que très rapidement vous privilégierez le spectacle de la belle flamme des bûches enflammées ou bien la tranquillité d’esprit de l’automatisation du fonctionnement avec des pellets. Vous risquez alors de regretter les euros supplémentaires engloutis dans le prix d’achat de cet appareil peu commun.

Nous vous recommandons ces autres pages :

Cette page vous a-t-elle été utile ?

Pour l'instant, aucun utilisateur n'a donné son avis sur cette page, soyez le premier !