Poêles à granulés : le guide complet pour tout comprendre

Sur le marché du chauffage en France, les poêles à granulés sont des alternatives au chauffage traditionnel. Leur très bon rendement énergétique ainsi que leur design élégant sont des atouts non négligeables pour une maison. Un poêle à granulés, aussi nommé à pellets, fonctionne par un procédé de combustion avec des granulés de bois. En plus de la chaleur indéniable qu’un poêle à granulés offre à une pièce, il contribue également à la préservation de l’environnement

Bien que vous soyez décidé à sauter le pas de l’installation dans votre intérieur, encore faut-il faire un choix. Modèle, type de puissance, installation ou encore prix, les critères sont nombreux pour choisir un poêle à granulés. D’autant qu’il est essentiel de bien comprendre ses spécificités en vue d’une compatibilité parfaite à votre intérieur. De ses atouts à son choix jusqu’à son installation, le poêle nécessite d’être expliqué concrètement pour vous faciliter l’achat. Suivez le guide ! 

Poêle à granulés - Le guide du poêle à granulés-1

Qu’est-ce qu’un poêle à granulés ?

Avant de rentrer dans le cœur du sujet, il est judicieux de revenir sur le poêle à granulés en lui-même. Comme susmentionnés, les poêles à granulés sont également appelés poêles à pellets. Il s’agit d’un appareil de chauffage destiné à fonctionner grâce à des granulés en bois. Principalement prévu pour du chauffage d’appoint, le poêle à granulés s’allume, s’éteint et se règle via la quantité de granulés que l’on intègre à l’intérieur. 

Généralement, les particuliers installent un poêle à granulés pour du chauffage d’appoint. Il faut savoir que le poêle à granulés est un appareil de chauffage totalement autonome. Cela signifie que vous n’avez pas à opérer l’installation d’un système électrique, il fonctionne sans avoir besoin d’être connecté sur un chauffage central. Pour produire de la chaleur, le poêle doit être alimenté en granules de bois. Une granule est composée de sciure ainsi que de copeaux de bois. La granule fait partie de ces éléments biocombustibles réputés pour offrir une belle performance de chauffage. Le rendement du poêle se veut ainsi permanent et puissant. 

Choisir un poêle à granulés : des avantages et des inconvénients

En chauffage d’appoint, les poêles à granulés s’avèrent donc être une option idéale. Il faut dire que les avantages sont nombreux et plutôt intéressants pour les foyers. Mais quelques inconvénients sont naturellement à prendre aussi en compte.

Tout d’abord, les granulés en bois proviennent de déchets issus de l’industrie du bois. Efficaces, ils sont renouvelables, soit une bonne nouvelle pour la planète ! Ces pellets provoquent une bonne combustion qui va de pair avec un rendement élevé, et ce, en limitant optimalement une émission polluante. Pour respecter davantage l’environnement, les pellets certifiés NF garantissent la préservation des forêts tout en promettant la durabilité du chauffage. Aussi, cet appareil de chauffage émet bien moins de monoxyde de carbone et de particules fines que les autres appareils de chauffage. 

Les poêles à granulés disposent de réservoirs à grande capacité, favorisant grandement leur autonomie. Quelques modèles offrent même la capacité d’être régis à distance. Une option optimale pour programmer la température pour un retour de congés par exemple. La puissance de la chaleur peut être réglée comme un véritable radiateur. D’un point de vue légal, les poêles à granulés sont parfaitement compatibles à la RT2012, soit la Réglementation Technique 2012 pensée pour encadrer la construction des nouvelles maisons ou appartements. Enfin, en matière de prix, celui du poêle à pellets se veut particulièrement attractif. À l’inverse d’un chauffage au gaz ou à l’électricité, le poêle à granulés n’implique pas d’abonnement et le combustible utilisé est le moins onéreux du marché en France. 

Passons aux inconvénients désormais, car oui, tout n’est pas parfait, les poêles à granulés disposent leurs petits points noirs. C’est un fait, la combustion de pellets engendre une flamme moins naturelle, et donc moins chaleureuse que le véritable bois de cheminée. Oubliez ainsi la grande flamme si appréciée dans les grandes cheminées traditionnelles. Il faut garder en mémoire que le poêle à granulés n’est qu’une alternative à la cheminée, il ne peut la remplacer à l’identique. 

Pour ce qui est du design des poêles à granulés, les choix sont assez limités. Le marché en France travaille constamment pour développer des modèles plus diversifiés, mais en l’état, vous n’aurez pas d’autre choix que de vous soumettre au peu de modèles existants. Autre bémol : le bruit produit par la motorisation du poêle. Bien qu’il y ait de progrès incontestable depuis quelques années, on ne peut pas nier que les poêles émettent un bruit de fond plus ou moins élevé. Enfin, qui dit produit électronique, dit inévitablement durée de vie moins élevée. 

Poêle à granulés - Le guide du poêle à granulés-2

Comment bien choisir un poêle à granulés de qualité ? 

Dès lors que l’on souhaite procéder à l’installation d’un poêle à granulés dans sa maison, plusieurs éléments sont à considérer en amont de l’achat de l’appareil. Ce type de chauffage est décliné en trois grandes familles : à air pulsé, à convection et hydraulique. Les poêles à granulés à air pulsé consistent au soufflement d’un air chaud dans une pièce via un ou plusieurs ventilateurs. Ce fonctionnement permet une température rapidement atteignable dans une voire plusieurs pièces. L’inconvénient principal réside dans le bruit de fond produit par le poêle. Selon le modèle, le son émis sera pus ou moins fort, notamment grâce à l’éventuelle présence de caissons d’insonorisation

Les poêles à granulés à convection sont bien plus silencieux et fonctionnent par diffusion passive. Des pierres réfractaires sont intégrées dans le poêle et consentent à l’accumulation de la chaleur avant d’être diffusées dans la pièce. À la différence du poêle à granulés à air pulsé, la chaleur pourra difficilement être propulsée dans les pièces éloignées. L’installation d’un tel poêle est plutôt recommandée dans une habitation de plain-pied. Quant aux poêles à granulés hydrauliques, le principe est bien différent des autres puisqu’ils s’orientent vers le chauffage de l’eau d’une maison. Raccordé sur un sol chauffant, le poêle peut faire grimper la température de l’eau sanitaire. Le prix de ce type de chauffage est onéreux, les petits budgets pourront difficilement utiliser ce système de chauffage. 

Au-delà du type de poêle à granulés, ce sont les particularités de votre logement qui orienteront la sélection de l’appareil. Avant toute chose, posez-vous la question si vous aspirez à un chauffage principal ou un chauffage d’appoint. Par exemple, si vous souhaitez seulement bénéficier d’un chauffage d’appoint, le poêle à convection sera le plus ajusté à ce besoin. Au contraire, un chauffage principal ira de pair avec un poêle à granulés à air pulsé. En bref, tout est une question d’utilisation quotidienne. 

Il faut également prendre en compte la puissance de chauffe de l’appareil. Un poêle fonctionne selon la surface d’une habitation. Une maison normée RT2005 bénéficiant d’une bonne isolation, au moins 0,4 kW/m3 sera requis. Un logement aux normes RT2012 sera compatible avec un poêle dont la puissance de chauffe est de 0,24 kW/m3. Outre cette puissance de chauffe, le niveau de rendement doit tout autant être considéré. Le rendement d’un poêle équivaut au rapport entre l’énergie consommée et délivrée. En général, on parle de rendement optimal lorsqu’il excède les 70 %. Soyez également attentifs à la capacité du réservoir du poêle à granulés. Dans la plupart du temps entre 15 et 50 kilos, cette capacité a un fort impact sur l’autonomie de votre poêle à pellets. 

Il est enfin important de relever que les poêles à granulés ne sont pas forcément adaptés à toutes les zones géographiques. Par exemple en milieu urbain, l’installation et l’approvisionnement d’un poêle à granulés ne seront pas toujours envisageables. Renseignez-vous auprès des autorités compétentes pour connaître vos droits. 

Poêle à granulés - Le guide du poêle à granulés-3 

Poêles à granulés : quid de son installation ?

L’installation d’un poêle à granulés doit être anticipée puisqu’elle implique quelques travaux d’aménagement. À l’instar de tout appareil de chauffage, le poêle à pellets a besoin d’un conduit d’évacuation des fumées pour fonctionner optimalement. D’autant que ce conduit est soumis à des normes bien strictes en matière de sécurité. L’installation ne peut pas se faire seule, une entreprise experte, de préférence qualifiée RGE ou Qualibois, sera à contacter. Si votre pièce dispose déjà d’un conduit, seulement un ou deux jours seront nécessaires pour raccorder le poêle. Depuis 2006, l’ensemble des logements sont équipés de conduit de fumée. 

Le professionnel sélectionné sera aussi d’une aide précieuse pour définir la puissance de chauffe envisageable dans ladite pièce. En termes de dimensions, sachez qu’un poêle trop petit ne chauffera pas suffisamment la pièce, mais qu’un poêle trop grand peut être trop puissant. En effet, en sous-régime, le poêle aura tendance à s’encrasser bien plus rapidement. La ventilation n’est pas à laisser de côté ; parfaitement ajustée, elle doit suivre correctement la convection du modèle de poêle opté. 

Pour l’installation du poêle, le montage dépend du modèle de poêle. Certains poêles à granulés peuvent effectivement être équipés d’un terminal en façade. Celui signifie que le conduit d’évacuation traverse le mur. Ce cas de figure implique la présence d’un tuyau permettant d’amener et d’extraire la fumée. On nomme ce procédé, montage en ventouse. En comparaison à un montage classique par le toit, le montage ne ventouse prévoit une installation un peu plus longue. 

Une installation de poêle contraint le propriétaire à décider de son emplacement. Là aussi, un professionnel de qualité pourra vous aider à choisir le meilleur endroit où positionner le poêle dans la pièce. Si cela peut paraître anodin, l’emplacement d’un poêle à granulés influe considérablement son efficacité de chauffage. Au centre d’une pièce, le poêle émettra de la chaleur dans les pièces adjacentes. Si vous souhaitez faire monter la température de l’étage, il sera plus judicieux de le positionner près de la cage d’escalier.

Bien qu’autonomes, les poêles à granulés réclament enfin des gestes fréquents pour les préserver le plus longtemps possible. Une fois que le poêle est installé, c’est son entretien régulier qui lui permettra de fonctionner parfaitement sur le long terme. Chaque année, vous devrez le faire vérifier par un professionnel du chauffage. Le poêle à granulés sera alors nettoyé et contrôlé. De votre côté, il vous faudra évacuer les cendres, nettoyer la vitre et l’approvisionner en granulés de façon hebdomadaire. Une granule se conservera bien mieux dans un endroit sec, veillez à toutes les stocker loin de toute humidité. 

L’installation d’un poêle à granulés implique un prix conséquent. Un poêle seul coûte en moyenne 3530 euros : un modèle économique pourra être déniché aux alentours de 1000 euros alors qu’un poêle plus haut de gamme peut dépasser les 5000 euros. Pour ce qui est du prix de la main-d’œuvre, tout dépend du modèle et de ses spécificités. Comptez généralement 500 euros pour l’installation. Sur le long terme, la facture s’élèvera de par l’achat en fournitures et en entretien. Mais malgré ces frais, les poêles à granulés permettent de réaliser de belles économies sur le long terme. Chaque année, 750 euros peuvent être économisés.

Nous vous recommandons ces autres pages :

Cette page vous a-t-elle été utile ?

Pour l'instant, aucun utilisateur n'a donné son avis sur cette page, soyez le premier !