Le poêle à granulés, avantages et inconvénients

Le poêle à bois est connu et utilisé depuis des siècles pour le chauffage des habitations. Jusqu’à récemment, on ne trouvait que des bûches pour alimenter le foyer. Désormais, le poêle à granulés lui fait concurrence en proposant une autre façon d’utiliser le bois comme combustible. Ajoutons à cela que sous une forme ou l’autre, le bois est une source d’énergie renouvelable à défaut de ne pas émettre de gaz polluants dans ses fumées.

Alors ? Ce miracle de la nouvelle technologie du poêle à granulés ? Qu’en est-il de ses avantages, principalement par rapport à son cousin à bois, mais sans oublier les appareils à gaz ou autre combustible d’origine fossile ?

Essayons de faire un tour d’horizon des qualités et des défauts des poêles à granulés. Nous allons prendre les points de vue écologique et énergétique, de l’installation de l’appareil, et de son utilisation au quotidien dans votre maison.

Les avantages et inconvénients du poêle à granulés-1

À propos du principe du granulé vis-à-vis de la bûche

Le combustible granulé lui-même présente de nombreux aspects écologiques. Il est fabriqué à partir de résidus des scieries, matière auparavant perdue, ou presque. De plus, sa combustion est beaucoup plus complète que celle d’une simple bûche de bois. Il en résulte moins de suies dans les fumées ainsi qu’un rendement énergétique bien meilleur, de l’ordre de 80 %.

Petit inconvénient, un poêle à pellets nécessite une alimentation en électricité pour son fonctionnement, comme les différents modèles de chaudières et contrairement à un poêle à bûches. La consommation, donc le coût, est très faible dans les faits puisqu’il s’agit d’entraîner ponctuellement la vis sans fin d’alimentation du foyer en granulés. Une alimentation électrique de secours par un onduleur permet d’éliminer ce problème, au moins pour une certaine durée. On peut aussi envisager une alimentation électrique spécifique par un panneau solaire.

Un poêle à granulés dispose à la fois d’un système manuel d’arrêt, et d’une possibilité de réglage automatique de sa puissance en fonction de la température intérieure de votre maison. À ce titre, un poêle à granulés est utilisable comme générateur de chauffage principal de votre logement au sens de la réglementation thermique 2012. Ce n’est pas le cas d’un poêle à bois. En fonction de la configuration de votre maison, il peut donc être possible de vous passer d’une chaudière (au gaz, au fioul) et des tuyaux de distribution d’eau. Cela signifiera moins de travaux, et moins d’entretien.

En ce qui concerne l’installation : technique et coûts

Qu’il soit à granulés ou bien à bois, l’installation de votre poêle se passera difficilement de l’intervention d’un professionnel. C’est d’ailleurs habituellement une des clauses pour que le fabricant garantisse le fonctionnement de son appareil. Le réglage d’un poêle à granulés lors de sa mise en service est plus sensible que celui d’un poêle à bois. Tous les professionnels ne maîtrisent pas forcément cette mise en service précise. D’autre part, une fois réglé sur un type de pellet donné, il est fortement préférable de continuer à utiliser le même sous peine de dégradation de la performance énergétique de votre poêle à granulés.

À puissance égale, le prix d’un poêle à granulé sera supérieur à celui d’un poêle à bûches. Des aides dans le cadre de la transition écologique, sous la forme d’un crédit d’impôt par exemple, peuvent être sollicitées. Un bon moyen pour prendre connaissance de ces aides, notamment pour les foyers à revenus modestes, est de consulter le site du service public : faire.fr. Indépendants du marché, car émanation de l’état, ils pourront vous fournir de très judicieux conseils pour la réalisation complète de votre projet de travaux d’économie d’énergie.

Les avantages et inconvénients du poêle à granulés-2

Le bilan concernant le fonctionnement

Un poêle à granulés est toujours doté d’un réservoir à pellets depuis lequel il s’alimente automatiquement. Cela va lui donner une autonomie de fonctionnement largement supérieure à celle d’un poêle à bûches avant que votre intervention s’avère nécessaire. Il ne serait pas sérieux de donner de durée d’autonomie précise. Tout dépend en effet de votre maison et du modèle de poêle, ainsi que de votre rythme d’utilisation programmé et des conditions climatiques.

Vous pouvez recharger un poêle à bois avec des bûches juste avant de vous coucher et réduire l’arrivée d’air pour ralentir la combustion, donc la puissance durant la nuit. En aucun cas, il ne pourra tout seul sortir de ce mode réduit afin que votre logement retrouve une température agréable avant votre réveil. Un poêle à granulés bien programmé et dont vous vous êtes assuré en soirée que la réserve de pellets est pleine le fera, lui. Il en est de même pour limiter la température ambiante donc la consommation de granulés durant votre absence de votre maison pour votre journée de travail.

Un poêle à granulés doté d’une sonde de température ambiante va régler tout seul le débit de pellets pour ajuster sa puissance. Cela permet de minimiser les variations fortes de température de confort. À l’opposé, un poêle à bois va subir de fortes variations, en particulier au moment de son rechargement en bûches supplémentaires. C’est vous-même qui devrez agir sur l’ouverture de l’alimentation en air pour tenter de limiter ce phénomène de puissance difficile à maîtriser.

Avec un réservoir de grandes dimensions et une température de confort réglée de façon pas trop élevée, on peut voir des poêles à granulés tenir facilement deux jours sans devoir être rechargés en combustible. Les plus optimistes annoncent même trois jours, mais il faut vraiment que les conditions météo soient de la partie. Une journée complète n’est même pas un rêve accessible avec un poêle à bûches.

Les aspects esthétiques

Un poêle à granulés est plus encombrant et reconnu comme moins esthétique qu’un modèle à bûches de bois. L’encombrement est causé par la présence de la réserve de pellets nécessaire à son alimentation automatique. Sans proposer le plaisir de la flambée dans une cheminée à foyer ouvert (désormais interdites à l’installation), le poêle à bûche s’en rapproche plus que les modèles à granulés.

La flamme dans le foyer d’un poêle à pellets est visible depuis la pièce dans laquelle il est installé, comme pour un poêle à bûches. Mais il faut bien reconnaître que sans être laid, le spectacle est moins symbolique et romantique que celui d’une belle flambée bien riche des bûches dans un poêle à bois.

Aspects coûts d’utilisation et d’entretien

Le rendement d’un poêle à granulés est très élevé, d’au moins 80 %. Cela est dû au processus de fabrication du combustible qui assure d’autre part une grande homogénéité. Celui d’un poêle à bois, de toute façon inférieur, sera de plus soumis aux aléas à la fois inhérents aux essences de bois ainsi qu’à la qualité du séchage et du stockage. En ce qui concerne le ramonage, son coût dépendra simplement de la périodicité obligatoire dans votre zone de vie. Le combustible sous forme de granulés est par contre plus cher à l’achat que les simples bûches de bois. La balance en ce qui concerne le prix final de la chaleur est donc à peu près équilibrée en définitive.

Un poêle à granulés comporte systématiquement des pièces dites d’usure, ou simplement fragiles. Bougie d’allumage, moteur de la vis sans fin, sondes de température, moteurs de ventilateurs, platine électronique sont des éléments appelés à être remplacés bien avant la durée de vie de l’appareil en lui-même. Ce sont des éléments d’un prix d’achat certain.

Nous vous recommandons ces autres pages :

Cette page vous a-t-elle été utile ?

Pour l'instant, aucun utilisateur n'a donné son avis sur cette page, soyez le premier !