Poêles à bois : tout comprendre sur ce type de chauffage

Le marché du chauffage en France ne cesse de développer de nouvelles innovations à destination des ménages. Parmi toutes les références existantes, celle du poêle à bois a de quoi plaire. Parfaitement adaptés aux nouvelles exigences de l’environnement, les poêles à bois sont des alternatives intéressantes à l’électricité et au gaz. Fonctionnant avec des bûches, le poêle à bois mérite qu’on s’y attarde. 

Indéniablement rustique, le poêle à bois garantit une ambiance chaleureuse dans une maison. Mais avant de mettre le prix dans un poêle à bois, il est judicieux d’en connaître toutes les spécificités. Type de puissance et de chauffage, niveau de rendement ou installation ne sont que des exemples d’éléments à prendre en compte avant l’achat. Pour y voir un peu plus clair, voici un guide détaillé sur le poêle à bois afin de le choisir en toute connaissance de cause. 

Le guide du poêle à bois pour la maison-1

Poêle à bois : des avantages indéniables, mais aussi des inconvénients

Comme leur nom l’indique, les poêles à bois fonctionnent avec du bois. Cette source en énergie se veut écologique, propre et renouvelable, soit un atout non négligeable pour l’environnement. En effet, le bois parvient naturellement.à limiter les énergies fossiles, et est distribué via un circuit court. En réduisant le transport du bois, la pollution est de ce fait tout autant diminuée. Il faut savoir que l’utilisation du bois dans son appareil à chauffage permet d’accéder à des aides financières intéressantes telles que le crédit d’impôt. Forcément soumises à condition, ces aides dépendent du type d’appareil installé, son rendement ou encore s’il jouit du label Flamme Verte ou non. 

Mais les avantages du poêle à bois ne s’arrêtent pas là. En matière de prix, il s’agit du combustible le moins cher de France, bien plus compétitif que le gaz ou l’électricité. D’autant que son prix parvient à rester stable année après année. En comparaison aux autres pays d’Europe, la France a la chance de ne subir aucune pénurie en bûches de bois. Rappelez-vous que le prix du gaz et de l’électricité est soumis à des fluctuations en chaque début d’année, n’arrangeant en rien l’anticipation des factures en énergie. Le poêle à bois se dispense de cette inquiétude et promet une facture énergétique stable. Si vous hésitez entre un poêle à granulés ou à bois, sachez que les bûches disposent d’un prix bien plus avantageux que les granules. 

Autre atout attractif, celui de la fiabilité et de la qualité de la chaleur produite dans la pièce. N’étant branché à aucune autre source d’énergie telle que le gaz ou l’électricité, le poêle à bois fonctionne en toute circonstance, et ce même en cas de panne de courant. Comme pour une cheminée classique, les bûches intégrées dans un poêle à bois consentent à fournir une chaleur de grande qualité. Le confort et le bonheur de se retrouver dans une belle flamme chaude seront parfaitement possibles avec le poêle à bois. 

Du côté des inconvénients, il faut avouer qu’ils ne se limitent pas à un seul. Pour maximiser son efficacité, un poêle à bois doit s’installer dans un lieu central d’une maison. Pour des mesures de sécurité, il est fortement déconseillé de le placer contre un mur. Résultat d’un tel emplacement ? Une surface au sol devra être sacrifiée au profit du poêle à bois. Aussi, les bûches sont imposantes et nécessitent à elles seules un emplacement spécifique et dépourvu d’humidité. L’alimentation en bûches de bois s’opère manuellement, empêchant ainsi de programment à l’avance cet approvisionnement. 

Pour évacuer la fumée du poêle à bois, ce dernier doit être raccordé à un conduit spécifique ou à une cheminée. Mettre en place de tels équipements tendent à faire grossir la facture globale. En outre, un nettoyage annuel du dispositif doit être effectué pour le maintenir en l’état le plus longtemps possible. Une odeur de fumée peut aussi être présente selon la configuration de l’appareil de chauffage. 

Enfin, le poêle à bois émet une chaleur pas toujours linéaire et peut être compromettant pour un chauffage central. En effet, cet appareil sera plus optimal pour le chauffage d’appoint d’une maison. Plus l’appareil sera puissant en chauffage, plus il fournira une chaleur suffisante à l’intégralité d’une maison. Là aussi, le facteur prix peut être impacté. 

Le guide du poêle à bois pour la maison-2

Des clés pour bien choisir un poêle à bois pour sa maison

Le marché du chauffage en France répertorie plusieurs familles de poêles à bois. Si leurs différences ne sautent pas aux yeux instantanément, leur utilisation varie selon les modèles. Voici les grandes catégories de poêles à bois que vous pouvez adopter : 

  • Le poêle à bûches classique : destiné au chauffage d’appoint, cet appareil s’utilise donc en complément d’un chauffage central. Ce type de poêle fonctionne avec un foyer fermé par une porte en vitrocéramique. Principalement en fonte ou en acier, ce poêle est sujet à une petite autonomie de 6 heures environ. En termes de rendement, comptez entre 50 % et 75 %. Notez toutefois que les poêles à bûches rejettent des particules polluantes. 
  • Le poêle à combustion turbo : plus économique, ce poêle jouit d’une grande rapidité de production de chaleur dans une pièce, rendue possible grâce à une seconde entrée d’air. Le rendement de ce poêle permet de réduire au mieux les dépôts de suie. En revanche, il vous faudra souvent installer un branchement électrique pour qu’il fonctionne optimalement. 
  • Le poêle à double combustion : il s’agit de la solution la plus économique en France. Le principe de cet appareil est de brûler les gaz de la première combustion dans une deuxième chambre de combustion. Éligible « Flamme Verte », ce poêle réduit drastiquement la pollution émise. 
  • Le poêle de masse à longue inertie : sa très bonne autonomie de 20 heures est possible grâce à sa forte taille. Ce poêle est conçu avec des matériaux réfractaires, permettant ainsi d’augmenter la conservation et la diffusion de la chaleur dans une pièce. De grandes bûches pourront par ailleurs être intégrées. 

Au-delà du type d’appareil à chauffage, c’est votre maison qui arbitre le type de poêle choisir. En effet, une maison possède ses propres caractéristiques qu’il est bien vu de prendre en compte au moment de l’achat. Avant de rentrer dans les détails du poêle, réfléchissez tout d’abord quelle utilisation vous souhaitez en faire. Pour un chauffage principal, le poêle à combustion turbo ou à double combustion sera le plus ajusté. Un chauffage d’appoint sera davantage possible avec un poêle à bûches. 

La puissance de chauffe fait également partie des critères de sélection. On calcule cette puissance en fonction de la surface de votre maison et de son isolation. Selon la norme de la maison, la puissance est généralement comprise en 0,24 et 0,4 kWH/m3. Il est recommandé de réclamer l’aide d’un professionnel en énergie pour définir le besoin de votre logement. Enfin, le rendement du poêle est tout aussi important à regarder de près, puisque c’est lui qui aura un impact sur son aspect économique. Selon la taille de la pièce à chauffer, il faut être vigilant quant à l’autonomie nécessaire du poêle. 

Le guide du poêle à bois pour la maison-3

Le poêle à bois : une installation et une utilisation bien pensées

Quel que soit le modèle de poêle à bois, son installation implique un certain nombre de consignes non négligeables. L’emplacement du poêle soit ainsi être abordé intelligemment. Pour éviter tous les problèmes inhérents à la sécurité, on évitera de positionner le poêle contre un mur. Veillez à bien respecter la distance minimale suggérée par chaque modèle. Idéalement, il vaut mieux privilégier une installation au centre de la pièce. Car outre l’aspect sécuritaire, cet emplacement permettra au poêle de propulser le chauffage de façon uniforme. 

Autre détail à considérer, l’apport en air frais. Eh oui, pour fonctionner convenablement, les poêles à bois doivent disposer d’une arrivée en air frais. Cet air facilite ainsi la combustion du bois intégré dans le poêle. Vous pouvez utiliser l’air de la pièce où est positionné le poêle ou bien l’air présent dans une gaine spécifique raccordée au poêle. Cette dernière possibilité évite le refoulement de fumées, et donc d’odeur dans la maison. 

Enfin, à l’instar d’une cheminée, le poêle à bois nécessite un conduit de raccordement, destiné à évacuer la fumée. Ce tuyau étant extrêmement chaud, il est important de respecter là aussi la distance de sécurité réclamée par votre poêle. Généralement, on oblige une distance comprise entre 30 et 45 centimètres.

Dès lors que le poêle est bien installé dans votre maison, vous pourrez profiter de toutes ses vertus. Toutefois, son utilisation soit être tout autant maîtrisée que son installation. La notice présente avec le poêle doit être lue attentivement afin de ne négliger aucun détail. Au quotidien, nous ne pouvons que vous recommander de suivre à la lettre plusieurs préconisations. Le foyer du poêle doit toujours être rempli en bûches sèches et de petite taille. Après avoir chargé le poêle avec ces bûches, ajoutez-en d’autres de taille moyenne. Vous allumez le foyer et réglez l’admission de l’air. Il faut éviter que la flamme soit trop vive, si c’est le cas, réduisez l’apport en air. Pour que le chauffage reste stable, notamment pendant la nuit, plusieurs bûches doivent être laissées dans le foyer. Ne touchez pas aux braises, mais pensez à bien retirer les cendres au petit matin par exemple. 

Et c’est bien cette alimentation régulière en bois qui rend contraignant ce type de poêle. Bien que l’autonomie soit de 6 à 12 heures, vous serez obligés de remplir régulièrement le poêle en bûches pour garantir une bonne température dans votre maison. En comparaison aux poêles à granulés, le poêle à bois ne possède pas de dispositif automatique, et est donc sujet à une autonomie moindre. En matière d’entretien, le ramonage des conduits doit s’opérer au moins deux fois par an. Et forcément, ça a un prix. Comptez aux alentours de 100 euros pour cette prestation. Mais le principal entretien est celui du quotidien. En tant que propriétaire, il est de votre devoir de vider le cendrier lorsqu’il est plein, de nettoyer le corps de chauffe plusieurs fois par mois, ou encore de dépoussiérer tout l’appareil une fois par an.

La porte en vitrocéramique doit également être nettoyée dès lors que les dépôts de suie deviennent trop importants. Il serait dommage de ne pas profiter d’une belle flamme rouge. Évidemment, cet entretien engendre un prix parfois lourd pour un foyer. Mais il faut garder en mémoire que les poêles à bois offrent l’opportunité de réaliser des économies incroyables. Le bois étant bien moins onéreux que les granulés, la consommation du poêle se veut ainsi plu légère. Vous pourrez anticiper plus aisément la facture énergétique de votre maison chaque mois. Puis, le prix du poêle peut se voir réduit si vous êtes éligibles à certaines aides ou crédits d’impôt mis en place par l’État. 

Nous vous recommandons ces autres pages :

Cette page vous a-t-elle été utile ?

Pour l'instant, aucun utilisateur n'a donné son avis sur cette page, soyez le premier !