Guide d’installation et d’utilisation d’un poêle à granulés

Parmi les solutions de chauffage les plus économiques et les plus écologiques, le poêle à pellets (ou poêle à granulés) fait figure de leader. Opter pour un tel appareil permet en effet d’économiser de précieux euros sur ses factures d’énergie et d’utiliser une solution de chauffage plus respectueuse de l’environnement. Mais comment installer et utiliser un poêle à granulés ?

Pour les plus néophytes, l’installation d’un poêle à granulés peut sembler compliquée. Il en va de même pour son utilisation : si le poêle à granulés peut être un choix esthétique pour apporter plus de design chez soi, il n’en reste pas moins un appareil performant avec beaucoup de puissance qu’il convient d’utiliser correctement.

Où positionner votre poêle ? Comment raccorder votre poêle à pellets ? Quels conseils pour une utilisation optimale ?

Nous vous proposons de répondre à ces différentes questions et bien plus encore en découvrant notre guide complet sur l’installation et l’utilisation d’un poêle à granulés. 

Comment installer et utiliser son poêle à granulés-1

Tout savoir sur l’installation d’un poêle à granulés

C’est décidé ! Marre des factures en énergie (gaz ou encore électricité) qui augmentent chaque année, vous avez fait le choix d’utiliser un poêle à granulés comme solution de chauffage pour votre maison. Avant même de vous intéresser à son fonctionnement, vous vous posez certaines questions concernant son installation ? Raccordement, positionnement, sécurité : voici 4 étapes qui vous aideront à bien installer votre appareil.

Gardez tout de même en tête que la pose d’un poêle à granulés reste un acte complexe qui nécessite l’intervention d’un professionnel qualifié. Pour limiter le prix de la pose, n’hésitez pas à faire plusieurs demandes de devis avant de faire votre choix.

Étape 1 : s’assurer que vous disposez d’un conduit de fumée utilisable

Pour fonctionner et plus particulièrement pour évacuer les fumées, votre poêle à pellets aura besoin d’un conduit de fumée (tout comme pour une cheminée). Il convient donc dans un premier temps de vous assurer que votre maison dispose belle et bien d’un conduit de fumée et que ce dernier soit utilisable. 

Votre maison dispose d’un conduit de fumée :

Il se peut que le conduit ait besoin d’une réhabilitation, surtout s’il n’a pas été utilisé pendant quelque temps. Il faudra alors peut-être songer à effectuer un tubage, une isolation ou un débistrage.

Assurez-vous que le conduit existant soit conforme. Si ce n’est pas le cas, son utilisation pourrait s’avérer dangereuse.

Votre maison ne dispose pas d’un conduit de fumée :

Il faudra alors le créer ! La création du conduit doit respecter la norme NF DTU 24.1.

Pour un fonctionnement optimal, il convient de créer un conduit de fumée adapté. L’installation la plus généralement utilisée est celle où le conduit d’évacuation des fumées sort de la toiture et dépasse le faîtage de 40 cm. Il permet ainsi d’installer le poêle à granulés au centre de la maison. D’autres types d’installation peuvent être préconisés dans certains cas (sortie ventouse horizontale ou sortie ventouse verticale).

Étape 2 : bien positionner votre poêle à granulés

La seconde étape consiste à choisir l’emplacement idéal pour votre poêle à pellets. Pour cela, vous devrez notamment être attentif à :

  • La solidité du plancher : il doit être compatible avec le poêle et pouvoir supporter son poids.
  • La nature du plancher : s’il est composé d’un matériau combustible, une plaque de sol en matériau incombustible doit être installée.
  • La distance entre le poêle et les autres éléments environnants : il convient de respecter une distance de sécurité (indiquée sur la notice du constructeur). Si vous ne disposez pas de beaucoup d’espace, il est possible d’opter pour poêle plat.
  • La possibilité d’un raccordement électrique : votre poêle doit pouvoir être branché sur une ligne dédiée uniquement à cet appareil et protégée en tête par un disjoncteur différentiel de sécurité.

Étape 3 : raccorder votre appareil

Ensuite, il est important de vérifier que votre poêle à granulés peut être correctement raccordé et peut disposer des éléments nécessairement à son bon fonctionnement :

  • L’air de combustion : votre poêle doit disposer d’une arrivée d’air (grille d’aération ou conduit pour le relier directement).
  • Le conduit d’évacuation : précédemment cité, le conduit doit être conforme.
  • Le tuyau de raccordement : il vient s’emboîter au tuyau du conduit existant (partie femelle vers le haut).

Étape 4 : la mise en route

Après avoir correctement installé et raccordé votre poêle, vous allez enfin pouvoir mettre en route votre appareil. 

La mise en route ne doit pas être une étape prise à la légère puisqu’elle conditionnera le bon fonctionnement futur de votre poêle à pellets. Ainsi, vous devrez être attentif aux informations concernant le raccordement électrique, le remplissage du réservoir de granulés, la première mise en service et les différents réglages des menus.

Pour cela, suivez scrupuleusement les informations communiquées sur le manuel du constructeur. 

Comment installer et utiliser son poêle à granulés-2

Tout savoir pour bien utiliser son poêle à granulés

Une fois correctement installé, il est maintenant temps de s’intéresser à la bonne utilisation d’un poêle à granulés. En comprenant son fonctionnement, en optimisant sa consommation et en veillant à l’entretenir régulièrement, vous augmenterez considérablement la durée de vie et le rendement de votre poêle à pellets.

Le fonctionnement des poêles à granulés

Avant toute chose, penchons-nous un peu plus sur le fonctionnement du poêle à granulés. Les granulés, que l’on appelle aussi pellets, sont des petits bâtonnets réalisés avec la sciure de bois. Les pellets de bois possèdent un taux d’humidité très bas ce qui en fait un excellent biocombustible.

Le poêle quant à lui fonctionne à l’aide d’un système de vis sans fin qui achemine progressivement les granulés vers la chambre de combustion. Le feu est lui allumé à l’aide d’une résistance électrique. Enfin, un ventilateur apporte l’oxygène nécessaire à la combustion.

Ensuite, le fonctionnement est assez similaire à une cheminée : en brûlant, les pellets produisent de la chaleur. Le chauffage est alors possible par simple convection de la chaleur pour la pièce où se trouve le poêle ou bien pour d’autres pièces à l’aide d’un système de canalisations qui achemine l’air chaud dans toute la maison.

Pour en savoir plus, vous pouvez également consulter cet article : niveaux sonores des poêles à granulés.

La programmation et la consommation des poêles à granulés

Il est possible d’effectuer des réglages afin de mieux maîtriser la consommation d’un poêle à granulés grâce à un programmateur électronique. De cette manière, il est possible de :

  • Définir la vitesse d’acheminement des granulés de bois vers la chambre de combustion.
  • Définir la vitesse du système de ventilation qui active la combustion.
  • Programmer des plages horaires d’utilisation.

Pouvoir maîtriser ces différents paramètres vous permettra de mieux contrôler votre rendement et de mieux optimiser votre consommation. Vous pourrez ainsi réaliser de belles économies, et ce même si le prix des pellets de bois est déjà l’un des plus bas du marché (en comparaison avec le gaz, le fioul ou encore l’électricité).

Votre consommation en énergie pour produire de la chaleur dépendra tout de même de différents paramètres :

  • La surface à chauffer.
  • La puissance de votre poêle à granulés.
  • L’isolation de votre maison. 

L’entretien des poêles à granulés

Le dernier paramètre à ne pas oublier concerne l’entretien et le nettoyage régulier de votre poêle à pellets. Comme tout appareil de chauffage, les poêles à granulés ont besoin d’être entretenus régulièrement. Pour cela, deux choses sont essentielles :

  • L’entretien annuel obligatoire : effectué par un professionnel, l’entretien permet de vérifier que l’appareil fonctionne correctement.
  • Le ramonage : il convient d’en réaliser un en période de chauffe et un autre ramonage en dehors. Le ramonage permet de réduire les risques d’intoxication et les risques de feux de cheminée.

Le coût d’entretien d’un poêle à pellets comprend ainsi la visite annuelle d’un professionnel (entre 80 et 160 euros) et deux ramonages par an (entre 40 et 80 € en moyenne pour un ramonage).

Ces étapes ne doivent pas être oubliées ! La combustion du bois peut entraîner des dépôts de bistres responsables des feux de cheminée. Le prix de l’entretien même s’il peut paraître élevé est nécessaire pour un chauffage en toute sécurité.

Nous vous recommandons ces autres pages :

Cette page vous a-t-elle été utile ?

Pour l'instant, aucun utilisateur n'a donné son avis sur cette page, soyez le premier !