Poêle à bois ou poêle à granulés : le comparatif

Ils sont de plus en plus présents dans nos salons : les poêles à bois séduisent par leurs nombreux avantages. Parmi ces avantages, on retrouve en première place l’aspect économique et l’aspect écologique d’un tel appareil. Si le poêle à bois permet en effet d’économiser sur ses factures d’énergie, il permet également de chauffer sa maison en étant plus respectueux de la planète.

Il existe aujourd’hui deux grands types de poêles :

Si vous souhaitez opter pour une énergie plus verte et que vous avez décidé de vous tourner vers le poêle à bois, vous serez certainement amené à vous demander quel type de poêle est le plus adapté à votre besoin.

En effet, un poêle à bois classique comportera des avantages par rapport au poêle à granulés tout comme il comportera aussi des inconvénients. Lequel choisir ? 

Pour vous aider à mieux faire la différence et porter votre choix sur la solution la plus adaptée, nous vous proposons de découvrir notre comparatif complet entre le poêle à bois classique et le poêle à granulés.

Chauffage : acheter un poêle à bois ou un poêle à granulés ?-1

Fonctionnement et principe de base d’un poêle à bois

Puisque nous comparons deux modèles de poêle fonctionnant sur un principe quelque peu différent, intéressons-nous dans un premier temps au fonctionnement du poêle à bois ainsi que celui du poêle à granulés.

Le fonctionnement du poêle à bûches

Le principe de base d’un poêle à bûches se rapproche du fonctionnement d’une cheminée : il suffit d’insérer des bûches de bois dans le poêle et d’allumer un feu pour que de la chaleur se diffuse dans votre maison. La différence entre une cheminée et un poêle est que dans le second cas, le foyer est fermé.

Le foyer fermé permet d’être plus efficace : le poêle consomme moins de combustible (donc moins de bûches). Selon l’ADEME, la différence entre un foyer ouvert et un foyer fermé est de taille : moins de 10 % de rendement pour un foyer ouvert contre 80 % pour un foyer fermé.

Concernant l’évacuation des fumées, elle est rendue possible grâce au raccordement entre le poêle et un conduit d’évacuation, tout comme une cheminée.

Le fonctionnement du poêle à granulés

Le poêle à granulés se distingue tout d’abord par son fonctionnement basé sur un système de vis sans fin. C’est ce système qui permet d’alimenter automatiquement le foyer du poêle en pellets (petits granulés). 

Une fois les pellets acheminés vers la chambre de combustion, le feu est lui allumé à l’aide d’une résistance électrique. Un ventilateur permet d’apporter de l’oxygène afin de rendre la combustion possible. 

Ainsi, la grande différence entre un poêle à bûches et un poêle à granulés est la façon d’alimenter le poêle en combustible. Alors qu’il est nécessaire de placer des bûches régulièrement dans le poêle pour le premier modèle, le second nécessite uniquement de remplir le réservoir en pellets lorsque celui-ci est vide.

Les bûches de bois ou les pellets ?

Vous l’avez compris : la grande différence entre les deux modèles de poêle réside dans le combustible qui les alimente. D’un côté le poêle classique qui utilise des bûches de bois et de l’autre côté, le poêle à granulés qui fonctionne à l’aide de pellets.

Les bûches de bois

Dans le cas d’un poêle à bois classique, le combustible dont vous aurez besoin sera la bûche. Il existe une multitude de bûches de bois différentes et il convient de choisir le type de bûches adapté à votre poêle. Il convient tout d’abord de choisir une taille de bûche compatible avec le poêle à bois. 

Il existe ensuite des bûches plus particulières :

  • Les bûches compressées : ces bûches sont des bûches reconstituées grâce à des sciures et des copeaux de bois.
  • Les bûches de nuit : composées d’écorces, ces bûches sont idéales pour maintenir la chaleur toute la nuit (ou pendant plusieurs heures) sans avoir à remettre des bûches dans le poêle.

D’une manière générale, nous vous conseillons d’opter pour du bois sec. Vous pouvez l’acheter sec ou l’entreposer afin de le faire sécher pendant environ 2 ans. Il est nécessaire d’utiliser des bûches sèches pour avoir un meilleur rendement et ne pas encrasser votre poêle. Les bois feuillus sont ainsi à privilégier : le chêne, le hêtre, le frêne, le bouleau ou encore le charme.

Pour allumer le feu plus facilement et faire monter la température plus rapidement, il est également possible d’utiliser un bois résineux.

Les pellets

Les pellets sont ce que l’on appelle plus communément les granulés. Ce sont des petits bâtonnets provenant du compactage de sous produits de bois (sciures, copeaux). Pour fabriquer les pellets, la sciure est affinée, séchée et compressée sous haute pression.

Les pellets sont fabriqués avec du bois vierge, c’est à dire sans traitement ou additif. Ainsi, les pellets ne comportent pas de colle ou d’autres produits qui puissent rendre la combustion toxique.

Le bois utilisé pour fabriquer les pellets est généralement un bois résineux, car il permet de fournir une flamme intense plus rapidement. De plus, pour une bonne combustion, le taux d’humidité des pellets ne doit pas dépasser les 10 %. Généralement, ce sont les pellets très compressés qui obtiennent les meilleurs résultats.

On reconnaît des pellets de bonne qualité par :

  • Leur brillance.
  • L’absence de fente ou de rainure sur la surface.
  • La faible émission de poussière (taux de cendre inférieur à 0,5 %).
  • Leur taille uniforme.
  • Le label ou les labels accordés.

Chauffage : acheter un poêle à bois ou un poêle à granulés ?-2

Utilisation et consommation d’un poêle à bois

Maintenant que vous avez plus de connaissances concernant le fonctionnement et les combustibles utilisés pour les deux solutions de chauffage que sont le poêle à bûches et le poêle à granulés, penchons-nous davantage sur la façon de les utiliser. L’utilisation de votre poêle conditionnera en effet sa consommation et par conséquent, le rendement de votre chauffage.

Principe d’utilisation du poêle à bûches

Le poêle à bois classique s’utilise de la même façon qu’une cheminée : il faut introduire des bûches dans le foyer et allumer le feu pour que le poêle puisse produire de la chaleur.

Ainsi, cela suppose de posséder des bûches. La majeure partie du stock de bois doit être entreposé à l’abri. Il faut donc disposer d’un endroit où entreposer correctement le bois. Il est également utile de posséder un porte-bûche en intérieur afin de ne pas toujours devoir sortir pour réapprovisionner le poêle.

Le poêle à bois est généralement une solution de chauffage d’appoint. Il est en effet nécessaire de le recharger régulièrement (2 à 4 h) 

Principe d’utilisation du poêle à granulés

Le poêle à granulés ne fonctionne pas avec des bûches, mais avec des pellets. Ces bâtonnets de bois sont en effet introduits dans un réservoir pour permettre la combustion et l’émission de chaleur.

Il n’est donc pas nécessaire de posséder un endroit extérieur pour entreposer des bûches. Les pellets sont fournis dans des sacs qui prennent ainsi beaucoup moins de mal. Il convient tout de même d’entreposer ces sacs à l’abri de l’humidité. 

Le poêle à granulés a l’avantage de bénéficier d’une meilleure autonomie. Il est en effet possible de charger le réservoir du poêle à l’avance et de pouvoir ainsi bénéficier d’une autonomie de 6 à 48 heures selon les modèles. Si le poêle à granulés reste également une solution de chauffage d’appoint, il est toutefois plus performant qu’un poêle à bois classique.

Le saviez-vous ? Dans certains cas, il est également possible d’installer un silo à granulés qui approvisionnera automatiquement le poêle. Dans ce cas, le poêle peut bénéficier d’une autonomie de 1 an !

La consommation d’un poêle à bûches

La consommation d’un poêle à bois classique dépendra de nombreux critères. Le premier de ces critères concerne avant tout la nature des bûches de bois choisies. L’essence du bois et son taux d’humidité conditionneront en effet le rendement du poêle. Il est ainsi conseillé de privilégier des bois durs et secs comme le hêtre, le chêne ou encore le bouleau.

D’autres critères pourront également faire varier la consommation d’un poêle à bûches : 

  • La hauteur du conduit de fumée.
  • L’isolation de la maison.
  • La surface à chauffer.

La consommation d’un poêle à granulés

Dans le cas du poêle à granulés, la qualité des pellets aura également son importance sur la consommation et le rendement. Il est donc important de choisir des pellets de bonne qualité.

D’une manière générale, les pellets possèdent une meilleure performance énergétique que les bûches. En moyenne, on estime qu’un poêle à granulés consomme 1 kg de pellets par heure de fonctionnement.

Le prix d’un poêle à bois et les frais annexes

Le critère du prix peut également faire la différence entre un poêle à bûches et un poêle à granulés cependant, dans les deux cas, le prix sera variable en fonction de nombreux paramètres. Il peut en effet passer du simple au triple !

Le prix des poêles à bûches

Il existe de nombreuses options pouvant améliorer le rendement d’un poêle à bûches. En optimisant la taille ou la convection d’un poêle, il est en effet possible de gagner en puissance et en performance, mais cela à un coût. Il existe en effet des poêles à double combustion ou des poêles en fonte offrant un meilleur rayonnement par inertie de la chaleur ou bien encore des poêles turbo avec une seconde arrivée d’air pour atteindre un meilleur rendement.

Le prix d’un poêle sera donc conditionné par sa taille, ses performances, sa marque, sa technologie ou encore son rendement. Ainsi, les prix pour un poêle à bois classique commencent à 400 euros et peuvent s’élever jusqu’à 16 000 euros pour un poêle à bois en fonte.

En plus du prix du poêle, il est également nécessaire de prendre en compte les frais annexes :

  • Le prix de la pose et de l’installation (entre 500 et 1500 € en fonction des professionnels).
  • Le prix des éventuels travaux nécessaires pour le raccordement.
  • Le prix des accessoires (tubages, gaines, etc.).

Le prix des poêles à granulés

Le prix des poêles à granulés ne fait pas exception : il est également variable en fonction de nombreux critères. Vous l’avez compris, en fonction de la performance et du rendement possible, le prix d’un poêle augmente considérablement.

Le prix pour un poêle à granulés est en général plus élevé que pour un poêle à bois classique, car il permettra de bénéficier d’un meilleur rendement, mais aussi d’une autonomie très appréciable. 

Les prix pour un poêle à granulés commencent généralement autour de 1500 €, mais certains modèles pourront être affichés à des prix autour de 6500 €. En moyenne, un poêle à granulés coûte environ 3500 €. Il faut rajouter à cette somme, le prix de la pose et de l’installation.

Là aussi, il est également nécessaire de prévoir les éventuels coûts engendrés par des travaux de raccordement et par l’achat d’accessoire nécessaire au bon fonctionnement du poêle.

Le prix du bois classique

C’est certainement la raison principale de l’engouement de plus en plus important des propriétaires pour le bois : il est à ce jour le combustible le moins cher du marché. En plus d’être bas, le prix du bois varie peu ce qui en fait une solution de chauffage très appréciée.

En moyenne, le prix du bois varie entre 0,03 et 0,06 € par kilowatt-heure. À titre de comparaison, le prix de l’électricité varie lui entre 0,12 et 0,14 € par kWh.

Le prix du bois pourra varier en fonction de ses caractéristiques. Les bois durs sont les plus coûteux, mais aussi les plus performants. La taille et la forme de la bûche pourra aussi influer sur son coût. Enfin, son taux d’humidité sera également un critère de prix important.

Le prix du pellet

Le prix du pellet est généralement plus cher que le prix d’une bûche de bois classique. Encore une fois, cette différence de prix s’explique par la performance en termes de rendement du pellet.

En moyenne, le prix du pellet s’élève à 0,053 € kWh. 

Il faut également noter l’utilisation de l’électricité, car le poêle à granulés est branché et fonctionne également grâce à l’électricité. Toutefois, les poêles à granulés sont conçus pour ne pas consommer beaucoup d’électricité.

Les aides et subventions

Si le bois est un combustible économique, il est aussi écologique ! C’est pour cette raison que l’État français et certaines associations accordent des aides financières aux propriétaires souhaitant investir dans un poêle à bois.

Parmi ces aides, on peut notamment citer :

  • La prime Energie Total.
  • Le crédit d’impôt.
  • L’écoprêt à taux zéro.
  • Les subventions locales accordées par la commune, le département ou la région.
  • La TVA à taux réduit.

Il est parfois possible de cumuler ces différentes aides afin de réduire considérablement le coût finalement investi pour un poêle à bois comme solution de chauffage.

Vous souhaitez savoir si vous êtes éligible à l’une des aides précédemment citées ? Nous vous proposons de consulter le site de l’ANAH.

Chauffage : acheter un poêle à bois ou un poêle à granulés ?

L’entretien nécessaire pour les poêles à bois

Que vous optiez pour un poêle à bois classique ou pour un poêle à granulés, un paramètre sera toujours identique : celui du nettoyage et de l’entretien. Le poêle à bois ne demande pas un gros entretien, ce qui est un véritable avantage. Toutefois, il est nécessaire d’effectuer quelques étapes d’entretien et de vérification de temps en temps pour s’assurer de la sécurité et du bon fonctionnement de l’appareil.

L’entretien annuel obligatoire

Que vous possédiez un poêle à bûches ou un poêle à pellets, la règle est la même : votre appareil doit subir un entretien obligatoire une fois par an. Il en va de même pour tous les appareils de chauffage (chaudière au gaz, électricité, etc.).

Cet entretien annuel a notamment pour but de vérifier que le poêle fonctionne correctement, qu’il ne présente aucun danger et de le nettoyer.

Le prix de cet entretien varie en fonction des tarifs appliqués par les professionnels ainsi qu’en fonction du type de votre poêle et des opérations effectuées. Ainsi, n’hésitez pas à effectuer plusieurs demandes de devis auprès des prestataires. En moyenne, l’entretien annuel d’un poêle à bois coûte entre 60 et 160 euros.

Le ramonage : deux fois par an

L’entretien annuel n’est pas la seule étape que vous devrez effectuer pour correctement entretenir votre poêle. Vous devrez également effectuer un ramonage deux fois par an (une fois en période de chauffe et une autre hors période de chauffe).

Le ramonage sert à nettoyer le conduit de fumée de votre poêle. Avec la combustion, des résidus vont en effet petit à petit s’installer dans le conduit. À force, une substance, appelée le bistre (similaire à du goudron), peut s’installer et causer des intoxications ou même des feux de cheminée. 

Le ramonage est donc une étape très importante. La mairie de votre commune ou la préfecture de votre département définira un passage annuel obligatoire. Il est fortement recommandé d’en effectuer un second dans l’année. Le manquement à cette obligation de ramonage peut conduire à des amendes ou des refus de prise en charge des assurances en cas de sinistre.

Le coût d’un ramonage peut également varier selon les professionnels c’est pourquoi il peut être intéressant d’effectuer plusieurs demandes de devis. En moyenne, le ramonage d’un conduit coûte entre 40 et 80 euros.

En bref : avantages et inconvénients des deux solutions

Nous venons d’effectuer un large comparatif entre le poêle à granulés et le poêle à bois classique. Pour comprendre et résumer plus clairement cet article, voici la liste des avantages et des inconvénients des deux solutions de chauffage pour vous aider à mieux choisir.

Les avantages du poêle à bûches

Parmi les avantages majeurs du poêle à bûches, nous pouvons notamment citer :

  • La ressemblance avec les avantages de la cheminée : crépitement, ambiance, odeur. 
  • Le bas coût des bûches. 
  • La possibilité de bénéficier d’une solution de chauffage d’appoint.
  • La possibilité de bénéficier d’aides financières.

Les inconvénients du poêle à bûches

Parmi les inconvénients majeurs du poêle à bûches, nous pouvons notamment citer :

  • La nécessité de stocker les bûches dans un endroit adapté.
  • La nécessité de devoir approvisionner le poêle régulièrement.

Les avantages du poêles à granulés

Parmi les avantages majeurs du poêle à granulés, nous pouvons notamment citer :

  • La capacité à chauffer une plus grande surface (plus de puissance).
  • Un meilleur rendement.
  • La plus grande autonomie (jusqu’à 3 jours)
  • Le faible encombrement du combustible.
  • La possibilité de bénéficier d’aides financières.

Les inconvénients du poêles à granulés

Parmi les inconvénients majeurs du poêle à granulés, nous pouvons notamment citer :

  • Un coût plus important à l’achat ainsi que pour les combustibles.
  • La nécessité de brancher électriquement le poêle.